Espace Presse

Espace presse

  • Lundi 23 octobre 2017
  • Expériences clients

Un PACS régional ouvert aux patients et professionnels

Créé en 2004, le Groupement de Coopération Sanitaire EMOSIST a pour objectif de mutualiser les ressources humaines, matérielles et financières, afin d’accom pagner ses adhérents dans la modernisation de leur système d’information et de mettre en oeuvre les projets de e-santé, notamment ceux d’imagerie. Zoom avec Vincent Bonnans, directeur projets Imagerie & Télémédecine au sein du CGS d’EMOSIST, sur les projets d’imagerie en partenariat avec la société Maincare Solutions.

Depuis 2010, EMOSIST est aussi hébergeur de données de santé agréé par le ministère de la santé. Les 50 membres de ce GCS, établissements de santé publics, mais aussi médico-sociaux et privés, bénéficient de prestations de maîtrise d’ouvrage et d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour la mise en place de leurs systèmes d’information : dossier patient informatisé, télémédecine, DCC…

Une région pionnière

« Le GCS a acquis depuis sa création une réelle expérience dans les projets mutualisés, notamment sur le champ de la télémédecine et du transfert d’images où la région a su innover en la matière ». En effet, dès 2002, l’ensemble des plateaux techniques d’imagerie de la région Franche-Comté étaient interconnectés afin de dématérialiser les échanges d’examens entre les établissements. Cependant, simplifier et fluidifier la circulation des examens d’imagerie dans des parcours toujours plus complexes (nombre croissant de structures et d’acteurs) est devenu un enjeu majeur dans l’optimisation de la prise en charge des patients. La mise en place d’un portail d’imagerie régional s’est donc imposée aux établissements régionaux. « Il a ainsi été décidé de compléter le dispositif existant par la mise en place d’un PACS régional mutualisé, rapporte Vincent Bonnans. Maincare Solutions (McKesson à l’époque) a répondu à un appel d’offres lancé en 2009, le prix et la qualité de la réponse ont grandement pesé dans la décision. A ce jour, le PACS compte plus d’un million d’examens archivés ».

Des entités differentes autour d’un portail unique

Plus récemment, EMOSIST s’est lancé dans la mise en place d’un portail d’imagerie unique regroupant les examens produits par plus de dix établissements et accessible aux profes sionnels en ville ainsi qu’au patient. « Pour mener ce projet ambitieux, nous avons renouvelé notre confiance à la société Maincare Solutions qui nous avait accompagnés pour la mise en place du PACS régional ». La principale contrainte était de construire un PACS régional regroupant des entités juridiques différentes, certes possédant le même outil d’imagerie, mais hé térogènes dans leur organisation, leur identification des patients et des examens…, ce qui engendre une réelle complexité technique notamment en termes d’interopérabilité et d’identitovigilance. « L’objectif était de pouvoir diffuser les résultats de chacune de ces entités, tout en étant perçue par l’utilisateur comme un outil unique ». De plus en plus, les cabinets de radiologie délivrent un code pour accéder à leur serveur de résultats, mais chaque cabinet possède son serveur. Ce portail, qui sera déployé fin de cette année, permet à l’échelle d’une région de donner
accès aux patients et aux professionnels à l’ensemble des examens réalisés quel que soit l’établissement public (et même
quelques privés), et ceci, pendant toute la durée légale, contrairement à un opérateur privé. « En fait, nous utilisons la contrainte de conservation d’images qu’ont les établissements de santé pour offrir un service supplémentaire », ajoute le directeur de projet. « Le pragmatisme et la recherche de l’efficience conduisent notre action. Notre méthode repose sur la coconstruction avec les acteurs de terrain et la société Maincare Solutions. Nous consacrons beaucoup de temps à l’urbanisation des systèmes pour limiter la complexité et permettre l’articulation de service qui répondent à des exigences fonctionnelles et réglementaires différentes». Comme le rappelle Vincent Bonnans, les besoins et les con traintes ne sont pas les mêmes en téléradiologie (qui doit répondre aux décrets de la télémédecine), en archivage ou en accès aux données par les usagers. « Il y a beaucoup à faire pour rendre les examens d’imagerie accessibles simplement et à tout moment d’une prise en charge, mais avec ce projet nous travaillons à rendre cela possible dans notre région ».